Les expressions du visage, un langage à part entière

telos   16 mai 2017   Commentaires fermés sur Les expressions du visage, un langage à part entière

Le naturaliste anglais Charles Darwin fait partie des premiers scientifiques à s’être penché les expressions faciales et le sujet vaut largement le détour.  « L’expression des émotions chez les hommes et les animaux », première étude scientifique publiée sur le sujet en 1872 va révolutionner la question grâce à ses travaux illustrés de photographies. Pour Darwin, l’espèce humaine présente six états émotionnels fondamentaux: la joie, la surprise, la peur, le dégoût, la colère et la tristesse.

Les micro-expressions

Les recherches sur le sujet se poursuivront beaucoup plus tard. Il faut attendre les années 60, pour voir les premiers travaux de recherches de Haggard et Isaacs qui seront les premiers à parler des micro expressions découvertes en analysant des séances filmées de psychothérapie. Pour Haggard et Isaacs, les micro-expressions ne durent qu’une fraction de seconde et révèlent les sentiments réels du sujet étudié. De nos jours, la communauté scientifique est convaincue que les opérations chirurgicales peuvent aider à retrouver des expressions faciales alternées par le vieillissement au prix d’une injection d’acide hyaluronique.

Paul Ekman psychologue américain et pionnier dans l’étude des émotions affirme que les expressions du visage sont universelles et qu’elles ne sont pas liées à la culture. Ekman a focalisé ses recherches et ses études sur le mensonge afin de prouver que les micros-expressions du visage peuvent facilement être utilisées afin de déceler le mensonge.

En 1972, après des études culturelles sur une tribu de Papouasie-Nouvelle-Guinée, le psychologue américain dressera une liste des émotions de base : tristesse, joie, colère, peur, dégoût, surprise et mépris. Cette liste sera complétée dans les années 90 par 16 nouvelles émotions positives et négatives (amusement, satisfaction, gêne, excitation, culpabilité, fierté dans la réussite, soulagement, plaisir sensoriel, honte et mépris).

Contrairement aux simples expressions faciales, il est très difficile de mimer ou de feindre une micro-expression qui apparait durant un temps très court, de l’ordre d’1/15 à 1/25 de seconde. Paul Ekman fut le premier scientifique à établir avec précision les critères de détection des micro-expressions. Il a ainsi mis en  évidence 43 muscles faciaux produisant 10 000 expressions, dont 3 000 ayant un sens.

Le sourire de Duchenne

Duchenne-Boulogne

Au cours du XIXe siècle, le neurologiste Duchenne de Boulogne effectue des travaux sur l’expression faciale de l’émotion. Pour mettre en évidence les mouvements associés à l’expression des émotions, il utilisera la photographie et la stimulation des muscles. Il sera le premier à observer que les sourires exprimant une joie sincère sont totalement différents des sourires volontaires. Cette différence réside dans la contraction du muscle orbiculaire situé autour des yeux.

Un siècle plus tard, Paul Ekman confirmera et complétera ces résultats en prouvant qu’il est quasiment impossible de contracter volontairement orbicularis oculi. Afin de rendre hommage au neurologiste français, Ekman a proposé de baptiser ces « sourires forcés » « sourire de Duchenne » (Duchenne smile).